Catégories
Art Design

Artgenève et PAD 2018, le nouveau rapprochement

Artgenève prend de l’ampleur en 2018 et signe un partenariat avec le PAD (Pavillon des Arts et du Design), marchant ainsi sur les traces de Art Basel.
Pour autant, si ce rapprochement rappelle évidemment Art Basel et Design Miami, la foire genevoise se distingue de sa grande sœur par ses dimensions plus intimistes et un positionnement de soutien aux institutions culturelles genevoises, qu’elle revendique depuis ses débuts. Cela ne signifie pas non plus qu’Art Genève externalise le design, même si son incursion en grande pompe dans le marché du design en 2015 s’était malheureusement essoufflée. La foire continue d’accueillir des acteurs du design en ses murs et même en recrute de nouveaux, à l’instar de Philippe Cramer. Si l’orientation du PAD est clairement affirmée arts décoratifs, celle d’Art Genève prend plusieurs formes et reste ouverte à la multidisciplinarité. Une position intéressante pour des galeries aux pratiques protéiformes et artistiques, les autres, à l’instar de Patrick Gutknecht, ont rejoint le PAD.

 

Vue de la galerie Cramer + Cramer à Genève. Photo © Annik Wetter
Vue de la galerie Cramer + Cramer à Genève. Photo © Annik Wetter

 

Philippe Cramer, dont c’est la première participation à Art Genève, a été séduit par cette approche « J’ai parfois du mal à me définir comme un designer, car mes créations suivent des intuitions plus que des fonctions ou des usages. Tout comme j’hésite entre les termes « atelier », « galerie » ou « showroom » pour décrire mon espace à Genève. Artgenève me semblait donc correspondre mieux à la vision décloisonnée de l’art et du design que j’affectionne. ». Il a conçu sa première exposition à la foire d’art comme une petite rétrospective d’œuvres de 2004 à 2017, afin de faire connaître son travail à un nouveau public. Un public de l’art qui ne pousse pas forcement la porte des lieux de design, mais devrait apprécier la découverte, car pour le designer genevois « la perception d’un objet peut dépendre du contexte et ainsi devenir art ou design, selon le cadre dans lequel il est présenté ».
Le travail de Philippe Cramer pourra également être admiré hors les murs, en parallèle à la foire, chez Sotheby’s Genève dans l’exposition Art-à-Porter.

Philippe Cramer réserve la première présentation publique du banc Carat (2017) à Art Genève
Le banc Carat (2017) de Philippe Cramer sera présenté en première publique à Art Genève. © Philippe Cramer

 

Du côté du PAD on compte 25 participants, dont une majorité de galeries actives dans les arts décoratifs du XXe siècle, telles que les parisiens Jacques Lacoste et Alain Marcelpoil, ou Modernity (Suède) pour les plus connues, mais aussi Alexandre Guillemain, la Galerie Italienne, ou encore Jean David Botella qui présentera une sélection d’oeuvres de Line Vautrin et des Lalanne.
Parmi les espaces dédiés au design contemporain, je me réjouis de retrouver la sélection dutch design de Priveekollektie (Reinier Bosch, Catharina van de Ven, Royal Tichelaar), et espère voir les œuvres récentes de Valentin Loellmann sur le stand de la galerie Gosserez. En effet, j’avais exposé le jeune designer allemand à la galerie Kissthedesign en 2012 et suis depuis l’évolution spectaculaire de sa carrière et production.

 

Cabinet Flora, Josef Frank pour Svenskt Tenn, ca. 1930. Modernity Sweden. © Modernity
Cabinet Flora, Josef Frank pour Svenskt Tenn, ca. 1930. Modernity Sweden. © Modernity

 

Banc Dew, Reinier Bosch pour Priveekollektie, 2017. © Priveekollektie
Banc Dew, Reinier Bosch pour Priveekollektie, 2017. © Priveekollektie

 

Lionel Latham, dont la galerie au cœur de Genève est spécialisée dans les arts décoratifs du 20e et 21e siècle, participe à cette première édition du PAD genevois. Le président du Syndicat romand des antiquaires peut s’appuyer sur la longue expérience du PAD, la manifestation ayant vu le jour à Paris il y a plus de 20 ans, même s’il apparaît que la réputation de la foire reste encore à faire en Suisse.
Stimulé par cette nouveauté, il n’a pas hésité à prendre part à cette première « Je trouve très important que des exposants suisses participent. J’aurais regretté que le PAD Genève ne présente que les habituelles enseignes internationales. » D’ailleurs le galeriste genevois compte représenter dignement la création helvétique avec des objets de créateurs suisses du XXème siècle mais aussi contemporains. Parmi lesquelles des pièces de Yves Boucard ou Edouard Chapallaz. « Il y a peu de monde pour défendre la production suisse sur les salons, alors que les français savent très bien mettre en avant leurs créateurs, d’où mon choix d’un stand 100% suisse au PAD. »

 

Vase «platine» et «or» en grès partiellement émaillé, ca. 1970, Edouard Chapallaz, Galerie Latham. © Galerie Latham
Vase «platine» et «or» en grès partiellement émaillé, ca. 1970, Edouard Chapallaz, Galerie Latham. © Galerie Latham

 

À gauche Mark Leckey In atable Felix, 2014 (Collection Syz). Vue de l'exposition à Nottingham Contemporary à droite: Giueseppe Penone, "Luce e Ombra", 2016
À gauche Mark Leckey In atable Felix, 2014 (Collection Syz). Vue de l’exposition à Nottingham Contemporary. À droite: Giueseppe Penone, “Luce e Ombra”, 2016

 

L’événement s’annonce immanquable autant pour les amateurs d’art que pour les collectionneurs de design cette année.
Les highlights annoncés, en plus des galeries, sont en effet nombreux, comme l’exposition de sculptures datant de 1908 à 1994 de Max Bill pour The Estate Show. Rayon monumental toujours, on peut se réjouir de découvrir le « Inflatable Felix » de Mark Leckey et « Luce e Ombra » de Penone. La présentation des huit jeunes artistes nominés au Prix Mobilière, parmi lesquels Julian Charrière et Sonia Kacem, est également un moment fort d’Artgenève avec l’annonce du lauréat.

 

Artgenève / PAD, Palexpo, Genève, du 1er au 4 février 2018

 

En attendant ma visite en image de l’édition 2018 à paraître sur le blog, on se rappelle celle de 2017 pour le magazine Espaces contemporains sur : www.ktdsays.com/artgeneve-2017

 

 

Photo en titre: Vue de l’exposition « Spazio Tattile : Chapitre 2 – Maison d’un collectionneur », Galerie Italienne, Paris. © Galerie Italienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.