Catégories
Design

Milan Design Week 2018, retour en images

Il y en avait pour tous les goûts à la Design Week de Milan en 2018, en particulier les amateurs de couleurs et du 20ème siècle pouvaient se réjouir, car telle était l’inspiration cette année. Retour en images sur les installations les plus réussies.

 

Illusions chromatiques d’Hermès à La Permanente

Après une exposition blanc chaux à la Pelota en 2017, l’installation d’Hermès cette année était haute en couleurs. La nouvelle collection d’objets 2018-2019 était mise en valeur dans un écrin architectural de carreaux de zellige marocains: 7 impressionnantes structures monochromes, signées Charlotte Macaux Perelman, co-directrice artistique de la collection maison, et Alexis Fabry.

 

Hermès, La Permanente. Photo © Hermès
Hermès, La Permanente. Photo © Hermès

 

Club Unseen de Studiopepe, Chez Nina de India Mahdavi à Nilufar et Tram Corallo de Cristina Celestino

En 2018, les femmes designers et les décoratrices sont sur le devant de la scène avec des environnements complets et un art de l’assemblage unique. India Mahdavi et Studiopepe invitaient toutes les trois à profiter de l’intimité du club privé: Salon de thé boudoir pour la française et club select arty pour le duo italien. Ce dernier se cachait dans une rue à l’écart, dont l’adresse était révélée uniquement sur inscription.

 

Chez Nina, India Mahdavi, Nilufar. Photo © Corine Stübi
Chez Nina, India Mahdavi, Nilufar. Photo © Corine Stübi

 

Club Unseen, Studiopepe
Club Unseen, Studiopepe. Photo © Corine Stübi. Plus d’images sur instagram @kissthedesign

 

Il fallait grimper dans le Tram Corallo pour profiter du voyage dans le temps imaginé par Cristina Celestino. La visite de Brera à bord du tram vintage, habillé pour l’occasion de tissus fleuris de Rubelli, ouvrait une belle parenthèse retro dans le marathon milanais.

 

Tram Corallo, Cristina Celestina
Tram Corallo, Cristina Celestina. Photo © Corine Stübi

 

 

Suspension 1965 de Paavo Tynell, Gubi, Palazzo Serbelloni. Photo © Corine Stübi
Suspension 1965 de Paavo Tynell, Gubi, Palazzo Serbelloni. Photo © Corine Stübi

 

Gubi

Les 3 propositions féminines ont en commun une certaine nostalgie du siècle passé. Il faut reconnaitre que le 20ème siècle a la cote. Pour s’en assurer, il suffit d’observer les nouveautés des grandes marques de design, de nombreuses pièces dessinées dans les années 50 et 60 reviennent en catalogue et certaines créations contemporaines revendiquent ouvertement une inspiration 50’s ou 80’s.
À cet égard, Gubi se distingue par une importante collection de rééditions signées de figures majeures du 20ème siècle, dont Pierre Paulin et les pointus Paavo Tynell, Carlo De Carli et Marcel Gascoin. L’éditeur danois, dont c’était la première participation à la Design Week de Milan, n’a pas fait les choses à moitié et s’est offert la splendeur 18ème du Palazzo Serbelloni pour présenter ses nouveautés.

 

Nouveau fauteuil de Pierre Paulin et nouvelle table basse de Adnet, Gubi, Palazzo Serbelloni. Photo © Corine Stübi
Fauteuil de Pierre Paulin et table basse de Adnet, Gubi, Palazzo Serbelloni. Photo © Corine Stübi

 

Lampe B4, Greta Grossman, Gubi
Lampes B4, Greta Grossman, Gubi. Photo © Corine Stübi. À droite: vase de Dimorestudio pour Bitossi.

 

Swiss ❤ Design de Pro Helvetia

Les premières étaient décidément réussies dans cette édition! Comme Gubi, Pro Helvetia participait pour la première fois à l’événement.
L’exposition au Palazzo Litta a montré un autre visage du design suisse, plus fun et arty, que l’image austère qu’on peut s’en faire parfois. La scénographie colorée du bureau Sacha von der Potter a beaucoup contribué à la fraîcheur de la proposition in et outdoor de l’institution helvétique.
Pour ma part, en plus de la scénographie en sagex de style années 80, j’ai eu un gros coup de coeur pour le design textile des suisses allemands Schoenstaub et Kollektiv Vier.

 

Swiss love Design, Pro Helvetia, Palazzo Litta. Photo © Robert Shami
Swiss love Design, Pro Helvetia, Palazzo Litta. Photo © Robert Shami

 

Swiss love Design, Pro Helvetia, Palazzo Litta. Photo © Corine Stübi
Swiss love Design, Pro Helvetia, Palazzo Litta. Photo © Corine Stübi

 

 

 

Dimorestudio, Perfettamente Imperfetto
Dimorestudio, Perfettamente Imperfetto. Photo © Corine Stübi

 

Dimorestudio

Avec trois propositions bien distinctes l’unes de l’autres, Dimorestudio a fait le pari de la thématique. “Limited Edition” et “Perfettamente Imperfetto” étaient axés design (Dimorestudio) pendant que “Transfer” était plus en lien avec leur activité de décorateurs (Dimoregallery).
Même si tous les produits ne se valaient pas, j’ai trouvé l’univers plus novateur que l’ambiance cabinet de curiosité bohème en cours dans “Transfer”. Côté Studio, la scénographie minimaliste un peu SF – Arte Povera, d’où se détachaient les objets du duo, avait une magie que ne partageaient pas les tentes décorées d’un fourre-tout rococo, vintage et antique.

 

Dimorestudio, Perfettamente Imperfetto
Dimorestudio, Perfettamente Imperfetto. Photo © Corine Stübi

 

Dimorestudio, Limited edition
Dimorestudio, Limited edition. Photo © Corine Stübi

 

Dimorestudio, Transfer, Dimoregallery
Dimorestudio, Transfer, Dimoregallery. Photo © Corine Stübi

 

Disco Gufram

J’avoue avoir un faible pour le kitsch, le disco glam et le retro wave. Cabinets ou tables basses ornés d’une boule à facette molle, canapés stretch dorée ou sinueux en velours ultraviolet, tapis graphiques, les productions hyper référencées de la Disco Gufram séduisent les amateurs les plus aventureux de design postmoderne.

 

Disco Gufram. Photo © Corine Stübi
Disco Gufram. Photo © Corine Stübi

 

Texte: Corine Stübi
Photo en titre: Hermès, La Permanente. Photo © Hermès

Catégories
Design

10 ans de puces du design en 2018

Du 4 au 6 mai 2018, les puces du design fêtent leur dixième édition au Palais de Beaulieu à Lausanne. L’anniversaire se célébrera sous les feux des luminaires vintage, thématique de la mouture 2018.

Chaque année les chineurs attendent impatiemment le rendez-vous devenu incontournable. Il faut dire qu’on y trouve de tout: Des meubles, des lampes et des objets des années 50 à 70, des pièces de valeur de design du XXe siècle, mais aussi du contemporain, avec les créations de jeunes designers locaux, de la mode, de la fripe branchée aux robes de grands couturiers, des montres anciennes, des gadgets ou encore des affiches et des tableaux.
Le choix est éclectique avec la présence de 80 exposants, parmi lesquelles des galeristes et des brocanteurs venus de toute la Suisse et d’Europe.

 

Puces du design, Beaulieu, Lausanne, 2017
Vue des puces du design, Beaulieu, Lausanne, 2017 © Puces du design

 

Une fois n’est pas coutume la manifestation n’est pas placée sous l’étendard d’une nation du design, mais sous celle d’une typologie, celle de la lampe. On peut donc s’attendre à trouver de beaux exemplaires, lampes sur pied, de table, suspensions, appliques, de toutes origines, signés des scandinaves Verner Panton ou Hans-Agne Jakobsson au français Serge Mouille.
Que vous soyez collectionneurs, amateurs ou simplement à la recherche d’un modèle original pour illuminer votre déco, vous devriez trouver votre bonheur parmi les nombreuses lampes vintage ou industrielles!

Les dix ans des puces s’annoncent donc lumineux! À noter que l’événement est ouvert à toute les bourses, même celles des étudiants, qui seront accueillis gratuitement l’après-midi du vendredi 4 mai (sur présentation de la carte d’étudiant).

 

Puces du design, du 4 au 6 mai 2017. Beaulieu, Avenue des Bergières 10, 1004 Lausanne
Entrée : 10 CHF, gratuit pour les enfants jusqu’à 12 ans.

Horaires
Vendredi 4 mai 10h – 19h
Samedi 5 mai 10h – 19h
Dimanche 6 mai 10h – 17h

 

Texte: Corine Stübi
Photo en titre: Vue des puces du design 2017 à Beaulieu, Lausanne. © Puces du design

Catégories
Design

Les 10 expositions à ne pas manquer à la Milan Design Week 2018

La Design Week de Milan et le Salone del Mobile à Rho se tiennent du 17 au 22 avril 2018. Comme chaque année en avril la capitale lombarde devient le centre du monde design, les professionnels et les amateurs y convergent pour s’inspirer et s’approvisionner en tendances et en nouveautés.

Découvrez les 10 expositions de l’édition 2018 à voir absolument.

 

 

1. Dimorestudio

Les ambiances de Dimorestudio où se mélangent Novecento et créations contemporaines sont un moment fort de Fuorisalone. Le duo de décorateurs reste une référence incontournable pour le visiteur à l’affut des nouvelles tendances.
En plus de ses deux adresses Via Solferino 11, Dimorestudio investit, pour la première fois, 6 vitrines au n°22 avec une collection de pièces uniques.

Via Solferino 11 & 22 

 

Dimorestudio, Milan Design Week 2017. Photo © Corine Stübi
Dimorestudio, Milan Design Week 2017. Photo © Corine Stübi

 

2. Ventura Centrale & Future

Il aura suffit d’une participation d’Ikea pour transformer durablement le design district. L’alternatif Ventura Lambrate a vécu. Il fait place à Ventura Centrale qui après une programmation remarquée l’année passée, continue d’animer les entrepôts abandonnés sous la gare, et Ventura Future une nouvelle proposition orientée vers les développements à venir du design et la jeune création.

Il faudra rejoindre Tortona pour retrouver certains classiques de feu Ventura Lambrate dont Norwegian Presence

Ventura Centrale, gare centrale
Ventura Future, Via Paisiello 6, Via Donatello 36 et Viale Abruzzi 42

 

Ventura Future. À gauche Tactile monoliths de Studio Stine Mikkelsen, à droite Supaform de Maxim Scherbakov
Ventura Future. À gauche Tactile Monoliths de Studio Stine Mikkelsen, à droite Supaform de Maxim Scherbakov

 

3. Swiss design exhibition, palazzo litta

Pour la première fois le design suisse s’offre une présence officielle à Milan, en dehors des écoles, ECAL et HEAD, et des marques.
Swiss Design s’installe donc au Palazzo Litta dans le district arty de 5VIE. L’exposition organisée par Pro Helvetia met en avant la jeune création helvétique avec une sélection de 6 studios dont 4 bénéficient des nouvelles mesures d’encouragement au design, initiées en 2016. Dans la « Copper Room » et le jardin du Palazzo, scénographiés pour l’occasion par le bureau genevois Sacha von der Potter, il sera ainsi possible de découvrir en première mondiale des prototypes de Diiis design studio (Liestal), Egli Studio (Renens), Florian Hauswirth (Bienne), Kollektiv vier (Bâle), Alain Schibli (Aaarau) et schoenstaub (Zurich).

Palazzo Litta, Corso Magenta 24

 

Serviette de plage Athletica, Schoenstaub. Photo © Schoenstaub
Serviette de plage Athletica, Schoenstaub. Photo © Schoenstaub

 

4. Gubi au Palazzo Serbelloni

Je n’ai jamais compris pourquoi Gubi ne participait ni à la foire de Milan ni à la Design Week, alors qu’ils sont longtemps restés fidèles à Maison & Objet. La marque danoise répare enfin son erreur et fait une entrée qui s’annonce fracassante en s’installant au Palazzo Serbelloni. Au programme 1’200m2 de classiques du design en conversation avec l’architecture néoclassique des lieux, parmi lesquelles de nombreuses nouvelles rééditions de Paavo Tynell, Pierre Paulin, Marcel Gascoin et Carlo De Carli. À retrouver chez Kissthedesign dès leur sortie en magasin!

Palazzo Serbelloni, Corso Venezia 16

 

Suspension 1965 de Paavo Tynell, une des nombreuses nouveautés de Gubi à découvrir à Milan
Suspension 1965 de Paavo Tynell, Gubi. Photo © Gubi

 

5. COS x Phillip K. Smith III

Cette année encore, COS fait rêver avec une installation immersive. La cour et le jardin du Palazzo Isimbardi, se verront en effet transformés en installation à ciel ouvert par Phillip K. Smith III. L’artiste américain, surtout connu pour ses installations lumineuses, promet une expérience physique, visuelle et sensorielle, en interaction totale avec l’environnement XVIe siècle.

Palazzo Isimbardi, Via Vivaio 1

 

 

6. Vitra à la Pelota

Visuel "Typecasting. An Assembly of Iconic, Forgotten and New Vitra Characters"
Visuel “Typecasting. An Assembly of Iconic, Forgotten and New Vitra Characters”

Après Hermès, c’est au tour de Vitra d’investir la Pelota dans le quartier de Brera. Intitulée «Typecasting. An Assembly of Iconic, Forgotten and New Vitra Characters», l’exposition met en avant 200 objets de la marque, parmi eux des prototypes archivés, des icônes, des ratés et des nouveautés.
Robert Stadler, curateur du projet, s’intéresse plus particulièrement au portrait que le mobilier dresse de son utilisateur. Le designer autrichien a pensé 9 mises en scène en lien avec 9 communautés. Les particularités des objets, adoptés par certains groupes, ainsi classifiées, décortiquent les processus d’appartenance et de représentation qui sous-tendent le design.

La Pelota, Via Palermo 10

 

 

7. Spazio Rossana Orlandi

Le concept store de Rossana Orlandi est une destination clé de la Design Week. Matteo Cibic, Nika Zupanc, Piet Hein Eek, Valerie Objects, les designers les plus branchés y présentent leurs nouveautés. On y retrouve aussi la galerie genevoise NOV  avec l’exposition « Future Artefact » et, plus surprenant, Google. Une grande première pour le géant du web qui s’allie à la trend forcaster Li Edelkoort, également curatrice de « DesignWork » à Ventura Centrale, et Kiki van Eijk. L’exposition « Softwear » s’accompagne d’un programme de conférences autour des questions de l’intégration des technologies dans les objets quotidiens.

Via Matteo Bandello 14/16

 

Olympia de Candice Blanc & Ulysse Martel pour NOV Gallery, 2018. Future Artefacts. Photo © Raphaëlle Mueller
Olympia de Candice Blanc & Ulysse Martel pour NOV Gallery, 2018. Future Artefact. Photo © Raphaëlle Mueller

 

8. Not for sale, Design Academy Eindhoven

La Design Academy d’Eindhoven est célèbre pour son approche conceptuelle du design. Pour l’édition 2018 de la Design Week, l’école hollandaise se penche sur l’économie de marché. L’expérience in-situ se déroule chez les différents commerçants, Osteria, pharmacie, kiosque, supermarché, quincaillerie, internet café, qui animent la rue Pietro Crespi. Des lieux où des transactions se font quotidiennement, où les différents objets manufacturés prennent sens, mais aussi où la vie sociale d’un quartier se construit.
Partant de l’observation que la plupart de ces enseignes occupaient des fonctions additionnelles – l’internet café offre des conseils aux requérants d’asile, le marché accueille des raves la nuit et la quincaillerie expose une collection personnelle de casquettes de baseball – les étudiants ont été invité à réfléchir aux modèles économiques de demain et à les transposer dans le contexte particulier de cette rue. 12 installations sont à découvrir le long de Via Pietro Crespi et Via Varanini.

Via Pietro Crespi et Via Varanini.

 

Fountains of knowledge and money, Theophile Blandet. © Design Academy Eindhoven. Photo: Femke Rijerman
Fountains of knowledge and money, Theophile Blandet. © Design Academy Eindhoven. Photo © Femke Rijerman

 

9. Le japon à Tortona et le brésil à Brera

Shiro Kuramata avec ses commodes Side pour Cappellini, 1970
Shiro Kuramata, 1970

Via Tortona, le SuperDesign Show met le design japonais à l’honneur: « Forms of movement » de Nendo, Kengo Kuma pour Dassault Systèmes, un hommage à Kuramata, etc. sont au programme.

Autre pays à suivre, le Brésil, dont la présence au Spazio Edit à Brera se développe des « Brazilian Modern Masters » Oscar Niemeyer, Lina Bo Bardi et Jorge Zalszupin, jusqu’au pièces en 3D des designers contemporains Gustavo Martini, Ronald Sasson et Alva Design

SuperDesign Show, Superstudio, via Tortona 27
Be Brasil, Spazio Edit, Via Maroncelli 14

 

10. Tram Corallo de Cristina Celestino

Cristina Celestino invite au voyage hors du temps dans un ancien tram des années 20. L’intérieur recrée une ambiance de cinéma d’antan et se découpe en deux espaces: La luxueuse salle d’attente aux drapés signés Rubelli et la salle de projection, où apprécier une vision cinématographique de Milan.
Horaires et billets sur tramcorallo.com

Brera, 3 arrêts: Piazza Castello, 2, Via Cusani, 4 et Cairoli M1

 

“Giardino delle Delizie” Cristina Celestino, nouvelle collection de revêtements muraux pour Fornace Brioni. À voir Via Statuto, 18. Photo © Mattia Balsamini
“Giardino delle Delizie” Cristina Celestino, nouvelle collection de revêtements muraux pour Fornace Brioni. À voir Via Statuto, 18. Photo © Mattia Balsamini

 

+ Bonus: Destinations 20ème siècle

Villa Borsani. La Triennale de Milan consacre une retrospective à Osvaldo Borsani dès le 15 mai. Du 16 au 20 avril, il est possible d’en découvrir un avant-goût à la Villa Borsani.
La villa a été dessinée et construite entre 1939 et 1945 par Osvaldo Borsani pour son frère et sa famille. Située au nord de Milan, à Varedo, la maison a vu se succéder 3 générations jusqu’en 2008, avant d’abriter les archives Borsani.
Pour visiter l’exposition « Villa Borsani: Casa Libera! » réalisée par Ambra Medda, n’oubliez pas de vous inscrire sur eventbrite
Un transport est organisé depuis la Triennale.

 

Villa Borsani, Varedo
Villa Borsani, Varedo. Courtoisie de Archivio Osvaldo Borsani

 

Ted showroom, Via Randaccio par Gio Ponti. Si vous êtes fan de la tendance rose et de Gio Ponti, direction Via Randaccio 5, pour l’exposition « Stranger Pinks » de la plateforme de e-commerce Artemest. 45 designers et artisans italiens présentent leurs créations dans une maison dessinée par l’architecte dans les années 30.

 

Artemest au showroom Ted Milano, Via Randaccio
Artemest au showroom Ted Milano, Via Randaccio. Photo © Mattia Iotti

 

Les amateurs de design du XXème siècle trouveront aussi de quoi se réjouir chez Nilufar (galerie Via della Spiga, 32 et dépôt Viale Vincenzo Lancetti, 34), Memphis Galerie Post Design (Largo Treves 5) et Fragile dont l’espace Via San Damiano 2 a été entièrement dessiné par Alessandro Mendini.

 

En +

Dès le 20 avril, la fondation Prada ouvre sa nouvelle tour de 60m au public. Largo Isarco 2
Caesarstone x SnarkitecturePalazzo dell’Ufficio Elettorale, Corso di Porta Romana 10
Club Unseen de Studiopepe. visite et infos sur demande auprès de info@clubunseen.com
Raw Edges. Spazio Krizia, Via Daniele Manin 21
Lindsay Adelman et Calico Wallpaper, « Beyond the deep ». Via Pietro Maroncelli
Cassina showroom. Via Durini 16
1stdibs. Piazza San Sepolcro 2
« Nine Journeys Through Time » d’Alcantara, avec entre autres Zeitguised. Palazzo Reale, Piazza Duomo 12
Alcova, une nouvelle adresse dans une ancienne fabrique de panettone (Odd Matter, Maniera, etc). Via Popoli Uniti 11-13

 

Retour en images sur l’édition 2017

 

Texte: Corine Stübi
Photo en titre: Villa Borsani. Courtoisie de Archivio Osvaldo Borsani